Témoignage de Mme ROQUET

"J'avais 8 ans au début de la guerre, j'habitais le Lany. Mon père a été fait prisonnier en 40, il a ensuite été échangé dans l'opération de la relève de Pétain. Quand mon père est revenu de la guerre, il n'y avait plus de taxi donc il est revenu dans une charrette et est venu me chercher à l'école. J'étais à l'école Ste Thérèse, les allemands ont réquisitionné l'école et les classes furent transférées au patronage. J'allais à l'école 15 jours puis je gardais les bêtes 15 jours. 

Moulin de KERMOISAN
Moulin de KERMOISAN

On allait chercher le pain à vélo à Guérande ou au Pouliguen, ou bien quand mon père était à la guerre ma mère faisait son pain. Elle allait moudre le blé au moulin de Trescalan et au moulin de Kermoisan et allait le cuire au four de la ferme de Lanoue ou au four de Kerallemand (détruit depuis).

Je me souviens bien des bombardements de St Nazaire, on les voyait bien, le ciel était tout éclairé et mon père sortait pour les voir, nous on tremblait. Un jour, une bombe fut larguée sur La Turballe en 1942. On pense qu'il s'agissait en fait d'une erreur.

Mes parents, qui avaient des marais salant, sont partis un soir pour donner du sel au boucher Mr B. et au moment où ils allaient prendre le fossé des marais, ils ont été arrêtés par les allemands. Ils ont été emmenés à Mesquer et ils ont passé la nuit là-bas, moi je suis restée à la maison avec mon frère et mon cousin. Ma tante habitait en face et vers minuit elle a dit : "ils ont dû se faire arrêter". Mes parents ont été libérés le lendemain avec une amende.

A la fin de la guerre on a dansé pendant huit jours et les cloches sonnaient."

Témoignage recueilli par l'association "Les Voyageurs de l'Histoire" en 2011