Les bombardements de Nantes

Comme dans le cadre des bombardements sur Saint-Nazaire, les bombardements de Nantes ont pour but d’agir sur la guerre sous-marine que mènent les allemands, en détruisant les navires d’assistance aux sous-marin basés quai de la Fosse mais aussi l’aéroport militaire allemand de Château-Bougon.

Depuis le début de l’occupation, de nombreux bombardiers étant passés dans le ciel de Nantes pour aller bombarder d’autres communes, les nantais ne s’affolent plus lors des alertes.

Malheureusement le 16 septembre 1943 vers 15h30, et ce, malgré 9 bombardements antérieurs ayant tué 33 personnes, les nantais entendent les sirènes d’alertes mais peu d’entre eux courent vers les abris.

A 16h05, 147 B17 américains larguent leurs bombes de façon très éparpillées. De nombreux quartiers sont touchés : La Butte Sainte Anne, Sainte Thérèse, les ateliers et chantiers de Bretagne. Le centre reçoit 130 bombes détruisant la rue du calvaire, la place royale, la place du commerce et la basilique Saint Nicolas. L’Hôtel-Dieu, qui reçoit 800 malades est touché par 47 bombes faisant 40 morts et 36 blessés. En un quart d’heure, 1 450 bombes s’abattent sur 600 points de chute dans la cité et son agglomération.

Les objectifs n’ayant pas été entièrement atteints, six groupes de la 8ème US Air Force, attaquent Nantes le 23 septembre 1943 à 9h14. Cette fois-ci les allemands développent un écran de fumée. A 18h55 une deuxième vague d’une centaine de B 17 bombardent de nouveau Nantes.

  Ce panneau indique "Liberators Liberators!" et  montre un cerceuil  et des ruines.
  Ce panneau indique "Liberators Liberators!" et  montre un cerceuil et des ruines.
La Bourse à moitié détruite
La Bourse à moitié détruite
La place royale où seul la fontaine a été épargnée
La place royale où seul la fontaine a été épargnée
Le squelette des magasins Decré
Le squelette des magasins Decré

La conséquence de ces deux jours de bombardements est de 1 463 civils tués, 2 500 blessés et 10 000 sans-abris, 700 maisons et immeubles sont détruit, 3 000 sont inhabitables. Les magasins Decré ne sont plus qu’une carcasse fumante. Les 2/3 des Nantais fuient vers les villes situées dans les communes de la campagne nantaises.

Suite à ses bombardements, les autorités de Vichy mobilisent un train de soutient, les marins pompier de Saint-Nazaire basés à La Baule (créé lors de la liquidation de la marine vichyssoise suite au sabordage de Toulon), les équipes nationale de Tours composées de jeunes gens et filles nés entre 1925 et 1928 (60 jeunes participèrent à la tenue de la morgue) et les groupes de chantier de jeunesse N°39 (groupes nommés « De Foucauld » basé à Montmarault dans l’allier) et N°45 ("Saumur", basé à Brioude (Haute-Loire)).


Hommes de la Défense Passive

 Rue Boileau

Des hommes de la DP sortent un corps dans un cercueil

Jeunes des chantiers de jeunesses


Marins pompier de St Nazaire ramenant de l'eau
Marins pompier de St Nazaire ramenant de l'eau
Equipes Natiomales  de Tours
Equipes Natiomales de Tours
Chantier de Jeunesse 39
Chantier de Jeunesse 39
Chantier de Jeunesse 45
Chantier de Jeunesse 45

L’armée allemande envoie les pompiers de la base sous-marine de St Nazaire.

Les autorités de vichy se saisirent de ses bombardements, pour faire de la propagande anti-anglo-américain. Le Matin, qui prétend être «Le mieux informé des journaux français», glose sur ces « libérateurs » qui ne seraient que des « pirates anglo-américains ».

Affiche annonçant les cérémonies d'enterrement suite aux  bombardements
Affiche annonçant les cérémonies d'enterrement suite aux  bombardements
Affiche pour les évacuations de Nantes
Affiche pour les évacuations de Nantes
 Affiche de propagande vichyste contre les bombardements Anglo-américains, de 1943
 Affiche de propagande vichyste contre les bombardements Anglo-américains, de 1943