Chalet Jean-Anne Peau de grenouille : Histoire d'un petit village de la poche de Saint-Nazaire, août 1944-mai 1945

 

S. Godin 1980

 

Août 1944. L'heure de la libération a sonné pour la France... sauf pour quelques régions de la côte atlantique, dont celle de Saint-Nazaire, où des troupes allemandes encerclées, coupées de tout, vont résister jusqu'en mai 1945.
Cet épisode un peu oublié de la Seconde Guerre mondiale, nous allons le suivre comme un film, avec les principaux acteurs de cette « guerre des nerfs ». L'action se situe à Guenrouët, petit village de Loire-Inférieure, sur la ligne de démarcation entre les Allemands, les Américains et les Forces françaises...autant dire, aux premières loges !
Dans ce récit — tragi-comique — se côtoient des figures célèbres et des héros anonymes, ou presque, ceux dont la postérité ne retient pas le nom. Pourtant parmi eux se révèle un personnage hors du commun : un jeune adjudant de l'armée allemande, Autrichien d'origine, Theodor Damm, que les villageois ont surnommé « Peau de Grenouille ».Homme de devoir, mais débrouillard à l'extrême ; opportuniste, mais sensible et droit, Théo Damm a laissé un excellent souvenir dans la région, comme plusieurs de ses compagnons d'armes. D'ailleurs, certains d'entre eux sont revenus sur les lieux et se sont liés d'amitié avec des Français. Et ce n'est pas le moindre paradoxe de ce livre que d'y découvrir une population rétrospectivement clémente pour l'occupant et — on verra pourquoi — sévère pour le « libérateur » américain.


Kervenel Les Oubliés du Tréhic

Chronique romancée de la "poche" de Saint-Nazaire

Edité par Lib. Saint-Aubin,, Guérande,1949


Bernard TABARY  MAURICETTE, L'INSOUMISE DE LA POCHE DE SAINT-NAZAIRE

Editions du Petit Pavé  2012

 

Jamais Mauricette ne se serait crue capable d’héroïsme. La guerre de 1939-45 la révèle à elle-même. Dans sa presqu’île guérandaise occupée, elle se découvre résistante. Vient le temps de la Poche de Saint-Nazaire – août 44 - mai 45. La France est libérée, sauf quelques forteresses (Festung, en allemand) où les occupants s’incrustent. C’est le cas de Saint-Nazaire et de ses environs (dont la presqu’île guérandaise). Neuf longs mois très difficiles. On est coupé du monde. Tout manque. L’occupant, lui-même « empoché», devient plus agressif. C’est dans ce contexte extrême que Mauricette, plus Résistante que jamais, rencontre un officier allemand très différent des autres…


LES ANNÉES NOIRES

Tome 1 - Le moulin à foulon

Messidor, 1986

 

Eté 1940. La débâcle, l’exode et les traumatismes de la défaite bouleversent un paisible village de l’ouest de la France. Bientôt, entre les habitants et les réfugiés la vie s’organise. Des hommes et des femmes s’entraident. D’autres se prépare à collaborer avec l’occupant. Jusqu’au jour où de jeunes campeurs viennent s’installer dans un pré, non loin du " Moulin-à-foulon "… Ils sont armés…


LES ANNÉES NOIRES
Tome 2 - Commandos sur l’estuaire

Messidor, 1987

 

Sur l’estuaire de la Loire dans la nuit de l’Occupation. A cinq mois d’intervalle deux commandos forts différents frappent l’arrogante armée nazie. Ces deux événements d’une audace apparemment insensée vont pourtant sonner le réveil de la conscience nationale et insuffler dans les masses un esprit patriotique nouveau et une volonté plus forte de libérer le territoire.


LES ANNÉES NOIRES

Tome 3 - Ohé ! du maquis 

Messidor, 1989

En 1942 et 1943, au cœur des " années noires ", des milliers de jeunes Français vivent dans les bois afin d’échapper à l’oppression nazie et de lutter pour la libération de leur pays.

C’est l’épopée de ces réfractaires, de ces résistants qui bien souvent ne sont que des gamins, que Louis Oury retrace dans cet ouvrage avec son sens habituel de l’agencement dramatique.

 

La vie fruste au maquis ; l’attaque d’une caserne allemande, la nuit, par quatre partisans ; l’héroïsme des jeunes gens sous la torture ou face au peloton d’exécution, sont autant d’images qui marquent l’esprit du lecteur.


LES ANNÉES NOIRES

Tome 4 - Au soleil de la victoire

Messidor, 1999

 

Avec Au soleil de la victoire s’achève la saga Les années noires. On retrouve les principaux personnages mis en scène dans Le Moulin à foulon, Commandos sur l’estuaire et Ohé ! du maquis, mais en abordant un épisode de l’histoire qui n’a jamais fait l’objet de roman : ce qu’on a appelé " les poches de l’Atlantique ", précisément celle de Saint-Nazaire où l’occupant ne se résigna à déposer les armes que le 11 mai 1945.