Contre-Amiral LEPOTIER Raids sur mer

Saint-Nazaire... Dieppe... 1942

 

Edition France Empire, 1960

 

A deux reprises la France passe par des alternatives d'espoir et d'angoisse. En prélude aux débarquements de la Libération, les Alliés ont lancé des raids amphibies d'une puissance sans précédent sur nos côtes occupées par l'ennemi.




























C.E. LUCAS PHILLIPS COMMANDOS SUR ST NAZAIRE 

 

Presses de la cité, 1959


Le 28 mars 1942, vers 1 heure du matin, une flottille britannique remontait l’estuaire de la Loire. Sous le feu intense des batteries allemandes, un instant abusées, un destroyer fonçait et abordait le caisson fermant du côté du fleuve la grande forme- écluse de Saint-Nazaire, seule capable sur toute la côte de l’Atlantique de recevoir le grand cuirassé allemand « Tirpitz ». Aussitôt des groupes de commandos en débarquaient pour entreprendre la destruction systématique de tous les organes de cette forme-écluse. Simultanément, de légères vedettes essayaient d’accoster dans la vieille Entrée et au Vieux Môle pour jeter d’autres soldats à terre. Mais ces vedettes étaient en bois, avec des moteurs à essence. La plupart furent bientôt transformées en torches, tandis que l’essence, répandue sur l’eau, s’enflammait aussi. Quelques-unes réussirent à échapper à cet enfer, mais les commandos débarqués se trouvèrent pris au piège, incapables de se rembarquer. Loin de se déclarer vaincus, dans cette situation désespérée, ils essayèrent de percer en direction de la campagne et faillirent réussir, accomplissant ainsi un des plus héroïques exploits qu’ait enregistré l’Histoire.

 


Fernand GUERIFF St Nazaire sous l'occupation allemande - Le commando - La poche.

 

Editions des Paludiers 1971

 

 

Cet ouvrage est une base documentaire intéressant.


Guillemin, Renee Saint-Nazaire Pendant La Guerre 1939-1945

 

Editions Des Paludiers,1986

 

 

Cet ouvrage est une base documentaire intéressant.


Paul GAMELIN La Forteresse Saint-Nazaire 1940-1945

Editions des Paludiers 1980

 

Cet ouvrage est une base documentaire intéressant, principalement iconographique


Luc braeuer SAINT-NAZAIRE 1939-1940

Braeuer, 2004

Que se passe-t-il dans la région de Saint-Nazaire de septembre 1939 à décembre 1940 ?

Comment se déroule l'accueil des évacués d'office après la déclaration de guerre ? Quel est le dispositif de défense mis en place par l'armée française dans la région, tant sur nos côtes qu'à l'intérieur des terres ? Comment s'organise le débarquement des troupes et du matériel du Corps Expéditionnaire Britannique ? Quelle procédures de sécurité les bateaux de transport et de pêche doivent-ils respecter ? Quelles mesures sont prises pour protéger les chantiers et les usines de la région travaillant pour la Défense Nationale ? Comment s'organisent les communes face à l'afflux de réfugiés à partir de mai 1940 ?

Quelle est la solution envisagée pour défendre plus efficacement la région en juin 1940 ? Sera-t-elle un maillon du « réduit breton » ? Comment réagit l'état-major français à Saint-Nazaire face aux premières actions ennemies ? Dans quelles conditions se passe le ré-embarquement britannique et surtout le terrible naufrage du transport de troupes Lancastria ? Quelles initiatives vont-elles permettre au cuirassé Jean-Bart de quitter Saint-Nazaire juste à temps ? Les bâtiments de guerre en construction dans les chantiers et les dizaines de bâtiments de commerce qui sont venus décharger leur cargaison échapperont-ils aux Allemands ? La bataille terrestre pour Saint-Nazaire aura-t-elle lieu ? D'où viennent plusieurs milliers de soldats polonais qui affluent sur le port après le départ des Britanniques et quel sera leur destin ? Comment se passe l'arrivée des Allemands dans la région ?

En combien de temps le port de Saint-Nazaire devient-il opérationnel pour la marine allemande et quels bateaux viennent y faire escale ? Quelle est la première unité de l'armée de terre allemande à occuper le secteur et d'où vient-t-elle ? Comment l'administration française est-elle mise à l'heure allemande ? Quelles restrictions vont devoir subir les civils français ? Les ouvriers des chantiers navals vont-ils pouvoir continuer à travailler ? D'où vient la délégation de sous-mariniers qui inspecte le port en septembre 1940 ? Quel est le bilan de la 7e flottille de U-Boote depuis l'entrée en guerre ? Comment les Britanniques réagissent-ils à l'installation de la marine allemande à Saint-Nazaire ?

 

 

 


Luc BRAEUR Raid sur Saint-Nazaire – Opération Chariot

BRAEUER, 2012

Dans la nuit du 27 au 28 mars 1942, une flottille britannique comprenant un destroyer et 18 vedettes pénètre en plein milieu du port de Saint-Nazaire occupé par la marine allemande depuis l’été 1940.

Quels sont les raisons stratégiques de ce raid ? Quels sont les hommes qui y participent ? Comment les Britanniques l’ont-ils préparé ? Quels sont leurs objectifs ? L’attaque va-t-elle se dérouler comme prévu ? Comment les Allemands ont-ils organisé la défense du port ? Comment réagissent-ils face à ce raid surprise ? Quelles sont les destructions effectuées ? Que peuvent voir les civils français pris au milieu de l’attaque ? Quel est le bilan de cette opération dans les deux camps et quelles conséquences en sont tirées ?

Autant de questions auxquelles ce livre, illustré par plus de 350 photos, documents et plans, ponctué de nombreux témoignages, va répondre.


Luc Braeuer Forteresse Saint-Nazaire

 Braeuer, 2012

Juin 1940, les Allemands envahissent la France et prennent possession de ses ports sur l’Atlantique. La marine allemande, la Kriegsmarine, investit aussitôt le port de Saint-Nazaire. Qui va être envoyé pour diriger toutes les unités de marine qui vont s’installer progressivement dans la région ? Quelle unité va être chargée d’installer et de tester leur matériel ? 

A quel endroit vont être implantées les batteries côtières et comment vont-elles être organisées ? Quel sera leur rôle face au raid des Anglais de mars 1942 puis au moment de la Poche de Saint-Nazaire ? Pourquoi la ville de Saint-Nazaire va-t-elle être surnommée « Flak City » par les Américains ? Comment fonctionnent les batteries de DCA allemandes et où vont-elles être installées ? Avec quels types d’avions les Alliés vont-ils bombarder le port de Saint-Nazaire ? Combien vont-ils en perdre lors de leurs opérations contre la ville ? Quelles nouvelles missions vont être données à la DCA allemande après le 15 août 1944 ? Que reste-t-il aujourd’hui à voir de ces anciennes batteries de marine ?

Pourquoi des bâtiments de surface de la Kriegsmarine vont-ils être envoyés à Saint-Nazaire ? Quel sera leur rôle, notamment face à l’attaque des Anglais ? Pourquoi les avions anglais vont-ils plusieurs fois par mois survoler la rade de Saint-Nazaire ? Quelle sera la réponse allemande à ces opérations ? Où les Allemands décideront-ils de stocker leurs mines à l’abri ? Comment la quasi-totalité des navires allemands stationnés dans la région seront-t-ils détruits en août 1944 ? Que deviendront les équipages des bâtiments bloqués dans le port après l’encerclement de la région par les Alliés ? Comment la Kriegsmarine pourra-t-elle communiquer avec les états-majors lointains ? Quelle sera la vie quotidienne de ces marins allemands dans la région ? En mai 1945 que signifiera pour la Marine Nationale française le nom de code « Opération Eclipse » ?


Luc BRAEUER LA BASE SOUS MARINE DE St NAZAIRE

BRAEUER, 2001

Pendant la seconde guerre mondiale, Saint Nazaire fait partie des cinq ports français choisis par les Allemands sur le littoral Atlantique pour devenir port d'attache de leurs sous-marins. Afin de mettre ces U-Boote à l'abri en retour de mission, un gigantesque bunker doit être construit: " La Base Sous Marine de Saint Nazaire"

Comment va-t-elle être construit et par qui? Quels seront son fonctionnement et ses défenses? Quels type de sous-marins vont venir s'y faire réparer et en quelle quantité?Où seront logés leurs équipages et quelles seront leurs occupations de retour de mission? Quelles seront les réactions des Alliés face à la présence de cette base implantée en plein coeur de la ville? C'est ce que vous pourrez découvrir dans ce livre de référence illustré par plus de 220 photos et plans.


Luc BRAEUER U-BOOTE! Saint-Nazaire

Braeuer 2006

 

De septembre 1940 à mai 1945, le port de Saint-Nazaire, dont le destin fût lié à celui de la terrible Bataille de l’Atlantique, a vu passer 150 sous-marins allemands, les U-Boote. Au départ de ce port, ils ont participé à toutes les campagnes de la Bataille de l’Atlantique au nord, au centre et au sud de cet océan ; ils sont allés chasser devant les côtes canadiennes, américaines, dans la mer des Caraïbes, face au Brésil mais aussi devant les côtes africaines, en Méditerranée et même dans la Manche. A Saint-Nazaire, base de deux flottilles de U-Boote, se déroulaient les cérémonies d’accueil de ceux qui rentraient de mission, l’entretien et la réparation des sous-marins puis les cérémonies d’adieu lors des départs en opération. Une fois leur bâtiment mis à l’abri, les sous-mariniers étaient emmenés dans des hôtels de La Baule, où stationnaient les états-majors des flottilles, pour se reposer des dures conditions de vie à bord. Ce livre, illustré de 400 photos exceptionnelles, vous fera découvrir le destin de ces 150 sous-marins et de leurs équipages.

 


Luc BRAEUER La Baule 1939-1945

BRAEUER, 1998

 

Pendant la drôle de guerre, la station balnéaire de La Baule accueille des réfugiés de l'Est ainsi que de nombreux étudiants parisiens qui viennent y continuer leurs études. Un cimetière anglais est créé ainsi qu'une maison close.

Les allemands, qui arrivent en juin 1940, profitent des infrastructures touristiques qu'offre la station. Les sous-mariniers viennent se détendre dans les cabarets. La Baule est transformée en ville sanitaire et son aérodrome est réquisitionné.

Après le raid britannique sur Saint-Nazaire, la ville devient un maillon important du mur de l'Atlantique et est visitées à deux reprises par ROMMEL. La vie quotidienne continue pour des Baulois soumis aux restrictions et aux réquisitions les plus diverses.

La poche de Saint-Nazaire se forme. La Baule qui va être en partie évacuée sert de petite capitale. La ville n'est libérée que le 11 mai 1945. Les troupes françaises et américaines y stationnent et multiplient les bals: on y découvre le jazz.


Luc BRAEUER Les Incroyables Echanges

BRAEUER, 2012

Grâce à l'action courageuse du responsable de la Croix Rouge Américaine Andrew Hogdges, qui a traversé 15 fois les lignes allemandes des Poches de Lorient et de Saint-Nazaire, 149 prisonniers alliés vont retrouver la liberté pendant l'hiver 1944.

 Ces échanges de combattants négociés localement entre les autorités allemandes et américaines sont un évènement unique de la Seconde Guerre mondiale. De longues recherches ont été nécessaires pour retrouver les témoins de cette aventure. Plus de 20 Américains, Britanniques et Français vous font partager leurs émouvants souvenirs : récits sur leur captivité, leurs tentatives d'évasion, leurs espoirs et leur joie lorsqu'ils apprennent leur future libération. Les rapports de ces prisonniers fantassins, tankistes, aviateurs et membres des forces spéciales apportent également un éclairage inédit sur les conditions de vie et l'organisation de ces Poches de l'Atlantique.

Des photographies prises aujourd'hui sur les lieux de ces événements, du Magouer à Etel, des îles de Houat et de Groix jusqu'à Pornic, complètent cette exceptionnelle histoire humaine. Un ouvrage illustré par 230 photos, plans et documents.


Luc BRAEUER L’incroyable histoire de la Poche de Saint-Nazaire

BRAEUER, 2003

Découvrez une page importante de notre histoire locale : pour la première fois une étude complète sur tous les aspects de la « Poche de Saint-Nazaire » entre sa formation en août 1944 et sa libération le 11 mai 1945. Un ouvrage agrémenté de 340 photos et documents d’époque. Ce livre, précis et vivant, vous plongera au cœur des faits militaires avec une description détaillée des forces françaises, américaines et allemandes en présence sur la Poche. Vous découvrirez que des volontaires français sont venus y risquer leur vie d'abord du département de Loire-Atlantique puis du Morbihan, des Côtes du Nord, de l’Ille-et-Vilaine, du Maine-et-Loire, de la Vienne, de la Vendée, de la Sarthe avec un détachement de Parisiens, du Loir-et-Cher, de l’Indre, du Limousin avec quelques Alsaciens-Lorrains, de Normandie, de l’Oise, du Nord et des Ardennes… Vous saurez quels étaient les soldats américains qui combattaient à leurs côtés, et comment vivaient les soldats allemands en face. Ce livre vous racontera aussi la difficile vie quotidienne des « empochés », ces civils français qui seront les derniers à être libérés, le 11 mai 1945.


Luc BRAEUER LES CHARS DE LA RESISTANCE

BRAEUER, 2009

 

 

L'étonnante aventure d'un escadron FFI blindé sur la poche de st nazaire
Découvrez l'étonnante histoire d'une unité française de la Résistance qui a combattu sur le front de la Poche de Saint-Nazaire d'août 44 à mai 45 avec: trois automitrailleuses AMD 35 Panhard 178, quatre semi chenillés (2 SdKfz 251, 1 Adler Demag D7 et 1 Panzerwerfer 42), 3 canons d'assaut (Marder I à partir de chassis Lorraine et 2 StuG III), 1 Jagdpanzer IV, 11 Panzers IV, 2 Panthers et 1 Tigre I ! Les Résistants bretons qui en formaient le noyau ont été aidés par d'autres venus de Normandie pour constituer l'unique unité blindée FFI de la Seconde Guerre mondiale. Un ouvrage ponctué de plus de 100 photos d'époque exceptionnelles pour la plupart inédites toutes très précisément légendées et de nombreux témoignages des vétérans indispensable à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire des engins blindés et de la région de Saint-Nazaire. A découvrir aussi des photos couleurs comparatives des lieux où est passée cette unité de la Résistance dans le Pays de Retz. Maquettes de plusieurs engins et cartes de situation.


Luc BRAEUER La Baule : Occupation - Libération - Tome 1 (1939-1942)

BRAEUER, 2015

 

L'histoire de la station balnéaire de La Baule pendant la Seconde Guerre mondiale est étroitement liée à celle du grand port voisin de Saint-Nazaire. À partir de septembre 1939, des Britanniques débarqués à Saint-Nazaire s'installent dans plusieurs hôtels de la station balnéaire et transforment son casino en hôpital. Au moment de la débâcle à la mi-juin 1940, ils quittent la Baule et rejoignent des dizaines de milliers d'autres soldats à Saint-Nazaire dans l'espoir de rejoindre l'Angleterre par bateau. Le 17 juin, le paquebot Lancastria est coulé par l'aviation allemande au large de ce port. La Baule enterrera des victimes de ce naufrage échouées sur sa plage durant tout l'été. C'est de l'aérodrome d'Escoublac que décollent, le 19 juin, les chasseurs chargés de protéger la sortie du cuirassé Jean-Bart. L'Occupation commençant, c'est dans l'hôtel L'Hermitage que s'installe l'état-major commandant l'armée allemande de l'Ouest. Quand, au printemps 1941, le port de Saint-Nazaire commence à servir de base aux sous-marins allemands de la 7e flottille, leur état-major s'installe dans l'hôtel Majestic tandis que le casino est transformé en cantine. Après l'attaque des commandos britanniques sur Saint-Nazaire dans la nuit du 27 au 28 mars 1942, leurs blessés sont soignés à l'hôpital de la marine allemande et leurs morts enterrés au cimetière britannique d'Escoublac. À l'écart des risques de bombardement, des centaines d'hôtels et de villas de la station balnéaire sont réquisitionnées pour héberger des milliers de sous-mariniers des 6e et 7e flottilles qui ont laissé leur U-Boote dans la base sous-marine. La plage, fortifiée, devient l'un des maillons du Mur de l'Atlantique. Découvrez tous ces événements et la vie quotidienne des Baulois de 1939-à 1942, illustrés par plus de 500 photos d'époque et de nombreux témoignages.


Luc BRAEUER La Baule : Occupation - Libération - Tome 2 (1933-1945)

BRAEUER, 2015

 

L'année 1943 commence à La Baule par le crash d'un bombardier américain, après un combat aérien au-dessus de la station. Saint-Nazaire étant détruite par les bombardements en février. La Baule accueille 1700 réfugiés de cette ville et plusieurs services de l'état déplacés, en plus des sous-mariniers allemands déjà présents. Une compagnie de marins-pompiers français y est aussi créée. Les infrastructures sportives de la ville, intacte, la désignent comme centre de sport pour la marine allemande qui y organise ses jeux olympiques à l'été 1943. Alors que des casemates du Mur de l'Atlantique sont construites sur la plage, plusieurs réseaux de renseignements s'attèlent à recueillir des informations sur leur emplacement ainsi que sur les mouvements d'unités allemandes. Au printemps 1944, ces fortifications sont inspectées à deux reprises par le maréchal Rommel, la plage est ensuite recouverte de mines et d'obstacles. La Baule devient, au moment de l'encerclement de la poche de Saint- Nazaire en août 1944, la petite capitale où se trouvent les états-majors allemands. Elle réunit aussi, autour d'Henri Mahé, le plus important réseau de renseignement de l'arrondissement. Dirigé par le commandant Louis Desmars, les FFI baulois se prépare à seconder les forces alliées en cas d'attaque. Durant le siège, l'aérodrome d Escoublac retrouve une certaine activité pour les liaisons nocturnes avec l'Allemagne. Quand les soldats français et américains libèrent la région en mai 1945, c'est encore dans les hôtels et villas de La Baule qu'ils sont cantonnés : une période de joie intense pour les Baulois qui sortent en masse, notamment pour saluer le général de Gaulle le 23 juillet 1945.


Luc BRAEUER Guide souvenir : la base sous-marine de Saint-Nazaire

BRAEUER, 2003

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Saint-Nazaire fait partie des cinq ports français choisis par les Allemands sur le littoral atlantique pour devenir port d’attache de leurs sous-marins. Afin de mettre ces U-Boote à l’abri en retour de mission, un gigantesque bunker va être construit en plein milieu du port : la base sous-marine. Comment va-t-elle être construite, en combien de temps et par qui ? Comment fonctionne-t-elle et quelles sont ses défenses ? Quels types de sous-marins vont venir s’y faire réparer ? Quelles actions vont être menées par les Alliés pour essayer de l'empêcher de fonctionner ? C’est ce que vous pourrez découvrir dans ce guide pratique illustré par 200 photos, documents et plans.


La poche de Saint-Nazaire aout 1944- mai 1945

Tome 1 : le pays de Retz

Luc BRAEUER, 1999

Découvrez une page importante de notre histoire locale: les évènements qui se sont déroulés au pays de Retz pendant la "Poche de Saint-Nazaire" entre août 1944 et mai 1945.

L'histoire de la seconde guerre mondiale est très riche en événements, en destins et en découvertes. On connait bien l'histoire du débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944 et la libération de Paris le 24 août 1944. On connait moins l'histoire des poches de l'atlantique. Si le nom de "poche de Saint-Nazaire" rappelle des souvenirs à beaucoup d'anciens, qui se souvient encore que celle-ci englobait le Pays de Retz au Sud de la Loire?

 

Ce premier tome, avec deux cents photographies inédites, vous fera revivre ces neuf mois d'août 1944 à mai 1945 au Pays de Retz: de Pornic à Saint Père en Retz en passant par Frossay, Chauvé, Arthon en Retz, Paimboeuf, Préfailles, Saint Brévin…Vous suivrez les faits militaires sur le front de cette "poche" et connaitrez en détail la vie quotidienne des "empochés", ces civils français qui seront les derniers à être libérés, le 11 mai 1945.


Michel Alexandre Gautier Poche de Saint-Nazaire–Neuf mois d’une guerre oubliée

Geste éditions, 2015

À l’été 1944, après avoir libéré la Bretagne en moins d’une semaine, les chars de Patton avaient contourné les « poches » pour mettre cap à l’Est et gagner la course à Berlin. La Poche de Saint-Nazaire fut la plus vaste et la plus peuplée des poches de l’Atlantique : 30 000 soldats allemands au milieu de 120 000 civils assiégés par 16 000 FFI et quelques artilleurs américains.

Une histoire aux marges de l’Histoire ; petite guerre quasi médiévale, avec ses ruses et ses pièges, ses prises de guerre et ses otages, ses victoires éphémères et ses revanches du lendemain. Et au milieu, dans un décor de gourbis, de Posten et de tranchées, de marais inondés et de fermes qui brûlent, un petit peuple épuisé, sans pain, sans feu ni lumière, et bientôt sans espoir.

 

« On nous avait oubliés », disent les derniers témoins… Jusqu’au 11 mai 1945 où la 2ème Guerre mondiale éteignait ses derniers feux dans de petites bourgades aux noms inconnus : Cordemais, Bouvron, La Sicaudais…


Michel Alexandre Gautier La Catastrophe du Boivre. 17 mars 1945 : 15 paysans tués par des mines allemandes

Geste Editions, 2005

 

 

17 mars 1945. Plus aucun soldat allemand sur le sol français. L'assaut aérien semble inévitable. Inutile de laisser plus longtemps les eaux du Boivre couper les routes, inonder les fermes, noyer foins et blés, et gêner même les déplacements allemands. De sa Kommandantur de Saint-Brévin, le colonel Kässberg vient d'autoriser le creusement d'une tranchée à la mer pour abaisser de un mètre les eaux du lac. Les paysans commencé à éventrer la dune. Au matin du troisième jour, deux douzaines de gars sont déjà à pied d'œuvre. Dans une demi-heure, ils seront cent. Sur le bord de la tranchée, on vient de faire une étrange découverte : une mine oubliée la veille… ou surgie du sable pendant la nuit. – Elle a une drôle de mine, cette mine-là! Mais déjà une pelle vient de jeter l'engin sur le tas…


Vie de châteaux ?

Université inter-âges de Saint-Nazaire, 2005

 

Ce livre retrace la vie des enfants nazairiens repliés, à l'initiative de la municipalité, de 1942 à 1945, non seulement à l'est du département de Loire-Inférieure, mais aussi dans d'autres départements ou même au-delà de nos frontières, que ce soit en Algérie ou en Suisse.


Bernard Bertho La région pendant la Poche : 4 août 1944-11 mai 1945

Collection relais Culturel, 2009

Ce n'était pas si vieux, de juin 1944 au 11 mai 1945, la Presqu'île Guérandaise et ses habitants ont vécu durement, dans ce que l'on a coutume d'appeler ici "La Poche".

La stratégie du Général Eisenhower était en effet, après le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie, de réduire au plus vite les armées allemandes entre Paris et l'Allemagne et ne pas laisser aux armées soviétique la possibilité d'occuper, seule l'Allemagne tout entière.

La "Poche" ou zone de résistance allemande, s'étendait, de la Roche Bernard au nord à Bouvron et Pornic au Sud.

Bernard BERTHO, plutôt que de nous conter l'histoire militaire de ce secteur ou les actions de la Résistance, a choisi de nous dire, à travers des témoignages vivants et souvent émouvants, comme a été vécue cette année de privations et d'inquiétude, par les Escoublacais et les Baulois.

 

A La Baule, malgré le départ des réfugiés, malgré les carences alimentaires, les réquisitions agricoles, les trains de secours contenant des vivres arrivent, la vie continue, des commerces ouvrent, la Poste fonctionne, les clubs sportifs organisent des tournois…mais on sait la reddition allemande proche.


François BERTIN Saint-Nazaire sous l'occupation

Editions Ouest-France, 1989

 

Saint-Nazaire sous l'occupation allemande : jamais port atlantique n'a connu destin plus tragique durant cette période noire de l'Histoire. De naufrage du Lancastria à la Poche, de la construction de la base sous-marine au raid britannique, sur fond de bombardements massifs et de ruines, c'est toute l'histoire de Saint-Nazaire pendant la Deuxième Guerre Mondiale que François Bertin nous invite à retrouver ou à découvrir. Auteur d'un précédent ouvrage rennes sous l'Occupation, sa ville natale, l'auteur s'est attaché à cette cité qui, un jour de 1941, vit son destin de grand port transatlantique englouti dans des milliers de mètres cubes de béton. Saint-Nazaire : ville symbole de ses cinq années qui ont changé la face du monde.


Benoît Cressard, Olivier Eudes Nantes sous l'occupation                   Ouest-France, 1981

Souvenez-vous. Le 20 octobre 1941. Le lieutenant-colonel Hotz était assassiné à Nantes. En représailles, cinquante otages seront fusillés. Cinquante autres ne devront leur vie qu'a l'émotion internationale suscitée par les exécutions. Bien des points de l'histoire de Nantes sous l'occupation restaient oubliés ou ignorés. Benoît CRESSARD et olivier EUDES ont recueilli des témoignages qui les éclairent d'un jour nouveau.

Ce livre, qui se veut avant tout un regard vivant sur la guerre vue d'une ville de province, rappellera bien des souvenirs aux acteurs de cette époque trouble et chargée d'histoire.

Mais peut-être, plus important, il servira de témoignage de tous ceux qui n'ont pas connu les "années 40", ni les souffrances d'une ville sous "l'occupation".


PROUST Heliette LARIGNON Gilberte LAMOTTE D'INCAMPS Chantal Les rézéens dans la seconde guerre mondiale Les Rézéens Dans la Seconde Guerre Mondiale

Imprimerie L.N.G., Nantes, 1985

 

Cet ouvrage est une base documentaire intéressant.


Jean Bourgeon Vivre l'Occupation - Nantes et la Loire-Inférieure (1940-1944)

COIFFARD EDITIONS, 2013

 

Collabos ? Résistants ? Mémoire collective, romans, cinéma ont souvent réduit à ces alternatives tranchées les attitudes des Français de 1940 à 1944. La réalité est plus complexe comme le montre ce livre qui décrit la façon dont la masse disparate des habitants de la Loire-Inférieure, les Nantais, observent, jugent le régime de Vichy, son chef, la Résistance, l'occupant et ses affidés les collaborationnistes, la marche de la guerre. 
Par effet miroir les Nantais nous donnent une image d'eux-mêmes dans la temporalité d'un quotidien difficile fait de privations, de marché noir, d'alertes, de bombardements, de propagande, d'attentats suivis de mesures de répression parfois sanglantes. Confrontés aux choix douloureux du présent, qui engagent l'avenir quand il faudra les assumer face aux générations suivantes, les Nantais partagés entre des sentiments ambivalents optent pour des parcours individuels hésitants marqués, sous l'influence des événements, d'infléchissements, de ruptures. 
On peut être fidèle au régime de Vichy tout en refusant sa politique de Collaboration. On peut être pétainiste tout en étant favorable à de Gaulle et méfiant vis-à-vis des résistants locaux. Cela échappe à la rationalité du Français d'aujourd'hui confortablement installé dans ses schémas de pensée. Ce livre brosse un paysage du Pays nantais occupé où dominent les espaces incertains, les flous, les ambiguïtés. 

 

Il restitue le passé dans toute sa complexité.


Michel Lugez Missions de bombardements américains sur Saint-Nazaire Flak city 1942-1943 

Ouest France 1998

 

Durant la période noire de l'Occupation, Saint-Nazaire subit deux années de bombardements massifs opérés de jour par les bombardiers américains. Des centaines de B 17 Forteresses volantes vont ainsi déverser des tonnes de bombes de tous les calibres et de tous types sur la base sous-marine allemande, les installations portuaires et la ville. La concentration de canons antiaériens allemands - la Flak* - y est tellement forte que les pilotes américains vont très vite surnommer Saint-Nazaire « Flak City » (en français D.C.A. Ville). Après des années de recherche sur le terrain et dans les archives militaires américaines et allemandes, Michel Lugez nous révèle toutes les péripéties de cette épopée militaire, nous fait partager la vie de ces équipages de boys d'à peine 20 ans et nous entraîne à la recherche de ces Forteresses volantes qui ne rentreront pas toutes à leurs bases et dont les carcasses broyées parsèmeront l'Ouest de la France. *Flak : Flugzeug Abwehr Kanone : Artillerie antiaérienne